Le château & son histoire

Le château & son histoire

( 1700 )
( 1700 )

Le Bourdieu de la Gravette

Connu à la fin du XVIIe siècle sous le nom de « Bourdieu de La Gravette », le domaine de Couhins appartenait à Maître Alphonse Banchereau, bourgeois et notaire renommé de la cité bordelaise.

Sa superficie était alors pratiquement identique à celle d’aujourd’hui : c’est à dire une dizaine d’hectares composés de terres labourables et de vignes installées sur les meilleures croupes de graves de la paroisse de Villenave d’Ornon.

Le château & son histoire

( 1730 )
( 1730 )

Les notaires de l’Archevêque de Bordeaux

En 1730, le Bourdieu de La Gravette passe aux mains de Jean-Baptiste Banchereau, fils aîné du précédent et lui aussi notaire. Il en fait un lieu agréable et paisible où il aimait venir régulièrement surveiller les travaux du vignoble, se chargeant ensuite de la promotion des vins auprès de ses nombreux clients, négociants ou notables (dont l’Archevêque Ferdinand-Maximilien-Mériadec de Rohan).

Les Banchereau resteront à la tête de cette propriété plus d’un siècle, le temps nécessaire pour apporter modernité et confort, avec notamment la construction de la maison de maître vers 1800.

Le château & son histoire

( 1805 )
( 1805 )

La valse des propriétaires

1805, marque le début d’une période très tourmentée pour le domaine. Après près de vingt ans de querelles familiales autour de la succession paternelle, entre les enfants Banchereau (au nombre de neuf), c’est une des filles, Thérèse, épouse Bonhomme-Lapointe, qui en hérite finalement en 1822, puis en fait donation en 1832, à un de ses amis, Constant Mallet, un blanchisseur de toiles. En 1844, il est vendu à Charles Mougenot. En 1847, il est acquis aux enchères par un nommé Antoine Pestré…

Le château & son histoire

( 1855 )
( 1855 )

La sérénité retrouvée

En 1855, Antoine Lair, négociant en bois achète le domaine. À partir de cette date, le « domaine de la Gravette » retrouve une certaine sérénité. En 1883, Catherine Sérès, sa petite-fille, épouse de Victor Hanappier, hérite de la propriété.

Commence alors une période d’embellissements et de modernisation du domaine : le château est restauré, la conception du parc est confié à un paysagiste de renom, Louis Le Breton, auteur de nombreux jardins dans le Bordelais et le Sud de la France, à cette époque.

Le château & son histoire

( 1898 )
( 1898 )

Un vignoble à dominante rouge…

La propriété de Château Couhins s’étend alors sur 17 hectares, dont 7 en vignes : 1 ha de vignes françaises âgées de 50 ans, le restant a été complètement reconstitué, après la crise phylloxérique par Victor Hanappier sous la direction de son homme d’affaire, Auguste Videau. Le Vignoble rouge (planté en Cabernet Sauvignon) est majoritaire.

Le blanc (à base de sémillon) ne représente que 0,75 ha. Le Vignoble tout entier est admirablement cultivé et admirablement tenu, ce qui vaut à son propriétaire une médaille d’Or décernée par les membres de la Société d’Agriculture de la Gironde.

Le château & son histoire

( 1902 )
( 1902 )

Une renommée grandissante

Henri et Georges Hanappier, reçoivent en partage le domaine. La famille Hanappier, originaire de l’Orléanais, était venue s’établir à Bordeaux en 1817 et y avait fondé une grande maison de négoce de vins et spiritueux « Hanappier & Cie », installée aux Chartrons.

Résidence des Hanappier, puis des Gasqueton, auxquels ils s’allièrent dans le courant du XXe siècle, Couhins acquit une grande renommée, avec un vignoble produisant des vins rouges, puis à partir de la belle époque, des vins blancs de grande qualité.

Le château & son histoire

( 1959 )
( 1959 )

Un classement mérité

La grande qualité des vins de Château Couhins est reconnue officiellement en 1959 par l’Institut National des Appellations d’Origine (INAO) qui classe au rang de Crus Classés de Graves, ses vins blancs.

Le château & son histoire

( 1967 )
( 1967 )

Un vignoble sauvé in - extrémis

Une succession de millésimes difficiles, le décès d’Edouard Gasqueton amènent sa veuve, en 1967, à arracher le vignoble. Alerté, André Lurton propose alors d’affermer le domaine, sauvant ainsi les 2 hectares de vignes encore existants. Trois ans plus tard, la propriété est cédée à la Société d’Aménagement Foncier et d’Etablissement Rural, qui entreprend alors son démembrement.

Gilbert Comte, pharmacien à Villenave d’Ornon, achète château et chais abandonnés. Le restant est rétrocédé à l’Institut National de la Recherche Agronomique, qui reconduit le fermage accordé un peu plus tôt à André Lurton, avant de reprendre, en 1978, l’exploitation à son propre compte.

Le château & son histoire

( 1972 )
( 1972 )

Naissance de Château Couhins-Lurton

André Lurton achète à l’INRA une partie du vignoble (1,50 ha). Cette nouvelle entité, ainsi créée, porte désormais le nom de Château Couhins-Lurton, avec le titre de Cru Classé de Graves.

Le château & son histoire

( 1992 )
( 1992 )

La renaissance d’une unité viticole de prestige

En 1992, André Lurton se porte acquéreur auprès des époux Conte du château, des chais, des dépendances et du très beau parc, reconstituant ainsi une unité viticole de prestige. Désormais, un vignoble de 6 ha, constitué exclusivement du cépage Sauvignon, est l’objet de toutes les attentions.

En 1998, de grands travaux de reconstruction des chais et de restauration du château sont engagés.

Le parc a retrouvé toute sa beauté, grâce aux travaux de l’architecte bordelaise Anouck Debarre.

Le château & son histoire

( 2002 )
( 2002 )

Le retour des cépages rouges

En septembre 2002, les premiers raisins rouges de cabernet-sauvignon et de merlots provenant d’une très belle parcelle de graves sont apportés au nouveau chai de Couhins-Lurton, tout récemment terminé. C’est la renaissance d’une vieille tradition remontant à plus d’un siècle. En effet, le terroir de Couhins  avait produit 90 % de vins rouges jusqu’en 1910.

Cette production de vin rouge de grande qualité, déjà très bien notée par les critiques, est une véritable résurrection.

Le château & son histoire

( 2012 )
( 2012 )

Naissance du Pôle Grands Crus

Un processus de réflexion de l’ensemble des équipes des Vignobles André Lurton, à tous les niveaux, aboutit à la création d’un Pôle Grands Crus, avec un seul et même objectif : l’élaboration de grands vins, répondant à des exigences qualitatives toujours plus élevées. Un cahier des charges a ainsi été scrupuleusement établi dans le cadre de cette politique, qui fixe les orientations à suivre pour l’avenir. Vignoble, chais, ressources humaines, techniques, protection de l’environnement, tous ces paramètres se retrouvent d’une manière ou d’une autre impactés par ces ambitions qualitatives. Château Couhins-Lurton et Château la Louvière bénéficient ainsi des meilleurs savoir-faire, dignes de leurs terroirs d’exception.

Le château & son histoire

( 2017 )
( 2017 )

Certification HVE pour un plus grand respect de l’environnement

Engagé depuis 2010 dans une démarche d’amélioration continue de nos pratiques, avec la volonté de réduire de façon significative l’impact global de l’entreprise sur l’environnement, le Château Couhins-Lurton, comme l’ensemble des Vignobles André Lurton, obtient la certification HVE (Haute Valeur Environnementale), soit le niveau le plus exigeant de la certification environnementale des exploitations agricoles. Aujourd’hui les résultats concrets des actions mises en place nous permettent d’atteindre ce plus haut niveau de certification récompensant les efforts et les investissements réalisés depuis plusieurs années.

Découvrir les pratiques visant à préserver l’environnement, mises en place au Château Couhins-Lurton.

1700